Vendredi 12 janvier 2018, sorties ciné

PHANTOM THREAD de P.T. Anderson

PHANTOM THREAD, le retour du duo Paul Thomas Anderson & Daniel Day-Lewis.

Beaucoup de sorties cette semaine, dont le très attendu PHANTOM THREAD de Paul Thomas Anderson, dans lequel Daniel Day-Lewis fait ses adieux au jeu devant la caméra. Malheureusement, je ne l’ai pas encore vu, mais il y a 5 autres films sur lesquels j’ai posé mon regard.

BIG TIME de Kaspar Astrup Schroder ⭐⭐⭐

getImage

Réel vedette dans son Danemark natal, l’architecte Bjarke Ingels est encore méconnu hors de son milieu, malgré qu’il ait été nommé parmi les 100 personnes les plus influentes du monde par le magazine Time. Son compatriote, le documentariste Kaspar Astrup Schroder a eu un accès privilégié pour dresser un portrait de ce jeune homme ambitieux. Cette intimité est à la fois la principale qualité et le plus grand défaut de ce film à la facture classique, nous permettant d’être plongé dans ce monde assez fermé, mais en nous offrant un point de vue plutôt lisse du protagoniste, qui semblait pourtant beaucoup plus complexe en avançant dans le film. Il y a toutefois de quoi nourrir l’intérêt du spectateur, avec les avancés des projets de son équipe de BIG (Bjarke Ingels Group) et un aspect complètement inattendu dans la vie de ce visionnaire en parfait contrôle de sa vie. Un documentaire qui aurait mérité plus d’audace, mais qui offre tout de même beaucoup de matière pour réfléchir notre monde autrement.

BONNE POMME de Florence Quentin ⭐⭐⭐

028357

Connue surtout pour ses scénarios finement drôles et révélateurs des premiers films d’Étienne Chatiliez (d’UN LONG FLEUVE TRANQUILLE à LE BONHEUR EST DANS LE PRÉ), Florence Quentin sait comment nous accrocher d’un simple échange entre deux personnages. Campé dans un village esquissé à grands traits, la cinéaste assume pleinement ce ton nostalgique et bon enfant. Mais BONNE POMME, c’est avant tout la 10e réunion à l’écran de Deneuve/Depardieu, duo mythique du film de François Truffaut LE DERNIER MÉTRO. Catherine & Gérard s’en donnent à cœur joie, elle étant doucement méchante, et lui sérieusement trop gentil et naïf. Il y a un réel bonheur de voir ces deux géants du cinéma français retrouver si facilement leur complicité à l’écran et s’amuser de si belles façons. Long métrage sans prétention, BONNE POMME se classe dans une certaine tradition du cinéma français, de ceux où les têtes d’affiche sont une raison suffisante pour les suivre dans de si inoffensives aventures.

DIANE A LES ÉPAULES de Fabien Gorgeart ⭐1/2

5871027

DIANE A LES ÉPAULES est un film qu’on souhaite aimer. Il s’agit d’un séduisant premier film, avec une actrice qui a trop rarement la place qu’elle mérite pour déployer tout son talent (la très juste Clotilde Hesme, César du meilleur espoir féminin en 2012 pour le magnifique ANGÈLE & TONY d’Alix Delaporte) et un sujet d’actualité riche en…rebondissement (les mères porteuses). Malheureusement, tout se gâche assez rapidement, montrant que le cinéaste utilise ce thème pour tout construire autour, comme une opportunité flagrante qui aurait pourtant méritée un questionnement beaucoup plus nuancé et approfondit. Dommage, car encore une fois Clotilde Hesme prouve que les espoirs fondés sur elle étaient vrais. Une fausse couche (!) que l’on oublie aussitôt sorti de la salle.

LABRECQUE – UNE CAMÉRA POUR LA MÉMOIRE de Michel La Veaux ⭐⭐⭐⭐labrecque22-web-1200x675

Le cinéma est un lieu de rencontres, parfois espérés, parfois inattendus. Dans le cas de Michel La Veaux et Jean-Claude Labrecque, c’est une évidence qui se concrétise par le généreux documentaire LABRECQUE – UNE CAMÉRA POUR LA MÉMOIRE. Ces deux directeurs à la photographie et cinéastes se comprennent, parlent le même langage, nous donnant un cadeau cinématographique, un exemple parfait de l’importance de notre patrimoine, un outil de transmission à chérir pour les générations à venir. Jean-Claude Labrecque a décrit une partie de l’histoire du Québec avec sa caméra (LA VISITE DU GÉNÉRAL DE GAULE AU QUÉBEC, LA NUIT DE LA POÉSIE 1970, JEUX DE LA XXIe OLYMPIADE et tant d’autres), posant son regard brillant sur les hommes et les femmes qui l’entourent, à leur hauteur. Véritable livre d’histoire et d’anecdotes, Labrecque est toujours pertinent et souvent émouvant (il faut le voir nous parler de Marie Uguay, avec une grande tendresse). Notons aussi les nombreuses idées que La Veaux utilise pour saluer et mettre en valeur tout le travail de ce géant de l’image de notre cinématographie. À voir absolument au cinéma!

THE POST de Steven Spielberg ⭐⭐1/2

the-post-2

Très peu de réalisateurs réussissent à changer aussi facilement d’univers que Steven Spielberg. En regardant sa filmographie, il est même difficile de comprendre toujours ce qui le motive dans ses choix de scénarios. Celui-ci de Liz Hannah (1er long métrage) et Josh Singer (gagnant de l’Oscar du meilleur scénario original en 2016 pour SPOTLIGHT de Tom McCarthy) est d’une redoutable efficacité, mais étrangement tout le reste semble l’atténuer. Comme si Spielberg, Tom Hanks et même Meryl Streep s’étaient mis sur leur pilote automatique pour nous proposer un film convenu, bien fait, mais sans plus. Dans THE POST, rien de dépasse, tout est (trop) calculé, sans surprise et pratiquement sans saveur. Malgré sa grande pertinence actuelle en ces temps de « fausses nouvelles », il manque un élément vraiment perturbateur pour que l’ensemble, si bien orchestré, puisse vraiment mieux se tenir. Espérons que Spielberg osera davantage dans son second film de 2018, le très attendu READY PLAYER ONE, dans le genre qui lui sied le mieux, la science-fiction.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s