I, DANIEL BLAKE, critique du néolibéralisme

À l’aube de l’élection prochaine d’Emmanuelle Macron, produit pur du néolibéralisme, I, DANIEL BLAKE de Ken Loach arrive juste à temps pour nous secouer un peu. Palme d’Or méritée au Festival de Cannes en 2016, ce drame du quotidien met en scène des gens invisibles dans nos sociétés de performance. Voici ma critique à LA MATINALE de CIBL 101.5 FM.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s