2010-2019, 100 films

take-shelter-image-michael-shannon-03

TAKE SHELTER de Jeff Nichols qui annonçait la fin de cette décennie dès le début de celle-ci

Comment résumer 10 ans de cinéma parmi tous les films que j’ai vus? Depuis des semaines que je fouille mes notes, que je revisite certaines œuvres, que je consulte de nombreux sites spécialisés, pour élaguer cette liste, pour réduire des 4000 films et plus visionnés depuis le 1er janvier 2010.

Le bonheur de replonger dans toutes ces images et ses sons, c’est comme retrouver une boîte pleine de souvenirs, d’avoir une chanson d’une trame sonore qui nous revient en tête comme si elle ne nous avait jamais quittée, repenser à une séquence qui nous hante encore, mesurer le talent d’un acteur ou d’une actrice tout au long de la décennie, de faire le tour de la planète cinéma et se dire que notre époque malgré qu’elle est de plus en plus anxieuse et narcissique demeure inspirantes pour les créateurs d’ici et d’ailleurs.

Lire la suite

LA FEMME DE MON FRÈRE, filiation

LA FEMME DE MON FRÈRE de Monia Chokri ⭐⭐⭐

frère1

Auréolé du prix Coup de cœur de la section Un Certain Regard au plus récent Festival de Cannes,  LA FEMME DE MON FRÈRE,  premier long métrage de Monia Chokri, arrive rapidement sur nos écrans après son acclamation sur la Croisette.

Belle idée que de profiter de cet élan, surtout pour mettre un peu de couleurs dans ce printemps si gris. Ce film propose une thématique peut souvent explorée dans notre cinématographie, soit la relation entre une sœur et son frère, sujet pourtant riche narrativement. Il y a bien eu récemment le tumultueux EMBRASSE-MOI COMME TU M’AIMES d’André Forcier, ou dans la dernière décennie INCENDIES de Denis Villeneuve et EN TERRAINS CONNUS de Stéphane Lafleur (malgré que chez ces deux derniers titres, le lien de filiation n’était pas nécessairement le centre d’intérêt), il faut reconnaître que c’est davantage dans un contexte familial que sont représentés ces liens fraternels dans le cinéma québécois (LÉOLO de Jean-Claude Lauzon et LES PLOUFFE de Gilles Carle en sont d’excellents exemples).

Lire la suite

Les meilleurs 2017 – Mes 30 meilleurs films

A GHOST STORY de David Lowery

Une des scènes fortes de 2017, la tarte aux émotions dans A GHOST STORY de David Lowery

Avec près de 400 longs métrages vus en 2017, il est temps de faire un sérieux bilan de cette année cinéma. Proposer un top 30, c’est fouiller dans ce qu’il me reste de toutes ces images, certaines brutales (le BRAWL IN CELL BLOCK 99 de S. Craig Zalher me vient en tête), d’autres apaisantes (Golshifteh Farahani & Adam Driver enlacés au lit dans le sublime PATERSON de Jim Jarmusch), de cette absorption démesurée de sons et d’émotions.

Quel film succédera à FUOCOAMMARE, PAR-DELÀ LAMPEDUSA de Gianfranco Rosi (2016), LA TERRE ET L’OMBRE de César Augusto Acevedo (2015), UNDER THE SKIN de Jonathan Glazer (2014), LA VIE D’ADÈLE – CHAPITRES 1 & 2 d’Abdellatif Kechiche (2013),  LEVIATHAN de Lucien Castaing-Taylor & Verena Paravel (2012), DRIVE de Nicolas Winding Refn (2011) et UN PROPHÈTE de Jacques Audiard (2010)?

Lire la suite

46e FNC, mi-parcours

Les yeux un peu noircis, le bas du dos plus sensible, mais toujours le même goût de la découverte devant la manne de cette nouvelle édition du Festival du Nouveau Cinéma.

À la mi-parcours, voici mes cotes pour l’ensemble des 26 films que j’ai vus:

LES AFFAMÉS de Robin Aubert, ⭐⭐⭐⭐

lesaffames-og-image

Lire la suite

La rentrée internationale

L’automne arrive très bientôt avec son lot annuel de films de qualité, tous sur les blocs de départ pour la saison des statuettes dorées, qui débute en fin d’année.

Pour cette nouvelle chronique radio enregistrée le jeudi entre 8h30 et 9h30 à LA MATINALE de CIBL 101.5 FM, 4 incontournables qui prendront l’affiche dans les prochaines semaines, du très attendu BLADE RUNNER 2049 de Denis Villeneuve à l’élégant et mystérieux BARBARA de Mathieu Amalric.

WIND RIVER, écrire et réaliser, deux métiers

Si vous me demandez deux récents scénarios de films américains qui m’ont marqué, je vous répondrai sans hésitation ceux de SICARIO, réalisé par Denis Villeneuve, et HELL OR HIGH WATER, que David Mackenzie a porté à l’écran. Ces deux histoires proviennent du même auteur, le doué Taylor Sheridan.

Sheridan revient pour une deuxième fois dans le fauteuil de réalisateur avec WIND RIVER. Est-ce que ce long métrage qu’il a aussi scénarisé est à la hauteur de ses précédents? Pour le savoir, voici ma critique à LA MATINALE sur les ondes de CIBL 101.5 FM.

Le retour de BLADE RUNNER

Après les impressionnants SICARIO et ARRIVAL, il est normal de considérer BLADE RUNNER 2049 de Denis Villeneuve comme l’un des films les plus attendus cette année. Et bonne nouvelle, Roger Deakins est de retour derrière la caméra comme directeur-photo. Sortie prévue le 6 octobre 2017.

Voici de toutes nouvelles images de la suite du chef d’oeuvre de Ridley Scott, en plus d’extraits d’entrevue avec le cinéaste québécois et ses acteurs principaux, Ryan Gosling & Harrison Ford, et Monsieur Scott.

James Bond, argent secret

Après quatre épisodes inégaux de la fructueuse série des Bond, Daniel Craig semble prêt à passer le flambeau. Tout comme le cinéaste Sam Mendes, responsable des deux derniers volets, SKYFALL et SPECTRE. Il en fallait pas plus pour que les rumeurs naissent et se répandent à grande vitesse sur les médias sociaux.

007-evolution

Mais avant de poursuivre/refaire/relancer l’une des plus longues suites d’aventures cinématographiques occidentales (en Asie, les Godzilla, Ultraman et de nombreux autres surpassent l’agent secret britannique pour le nombre d’épisodes), pourquoi ne pas s’interroger sur la pertinence de ce héros? Surtout à l’heure où la concurrence est de plus en plus sérieuse. Il suffit de voir les Jason Bourne (plus fort), Ethan Hunt des MISSION: IMPOSSIBLE (plus astucieux) et même Harry Hart de KINGSMAN: THE SECRET SERVICE (plus classe) pour comprendre que James n’est plus seul.

Lire la suite

La moralité chez Denis Villeneuve

Je l’avoue sans hésitation, j’ai toujours eu de la difficulté avec les films québécois de Denis Villeneuve. Mis à part son tout premier long métrage UN 32 AOÛT SUR TERRE (et même un peu avant ça, son formidable court métrage REW-FFWD réalisé à l’ONF), tous ses autres propositions cinématographiques m’ont toujours épaté visuellement mais je sortais des projections troublé par des questions d’ordre moral. Il a atteint des sommets dans l’insupportable POLYTECHNIQUE en 2009, nous plongeant au cœur de ce drame innommable comme si nous étions témoins des actes de barbaries du tueur dont je tairais le nom. Ce point de vue irrespectueux envers la mémoire des victimes m’avait outré et j’avais été soulagé de lire les mots de l’auteur et professeur André Habib dans son désormais célèbre texte MORTES TOUTES LES APRÈS-MIDI.

Si ça ne c’est guerre amélioré avec INCENDIES (pour de toutes autres raisons, mais enchaînons), j’ai retrouvé un vif intérêt dans le travail de Villeneuve depuis qu’il tourne dans la langue de Spielberg. Pourquoi? ENEMY étant davantage un film typiquement canadien-anglais avec ses questionnements schizophréniques (thème déjà très présent dans les films premiers films d’Atom Egoyan & David Cronenberg), je passerai immédiatement à PRISONERS et surtout SICARIO, ses deux longs métrages américains.

8I4A2679.CR2

Denis Villeneuve durant le tournage de SICARIO

Lire la suite