Vus et pas (encore) vus au 48e FNC

Synonymes

Quentin Dolmaire, Tom Mercier & Louise Chevillotte dans la décharge SYNONYMES de Nadav Lapid

En pleine saison des couleurs, l’aîné des festivals de cinéma montréalais tentera de nous en mettre plein la vue, encore une fois. Le Festival du nouveau cinéma se réinvente un peu avec l’arrivée d’une nouvelle directrice de la programmation (Zoé Protat) et quelques thématiques (une chance unique de revoir l’un des meilleurs films de la décennie, le clairvoyant TAKE SHELTER de Jeff Nichols), mais dans l’ensemble nous avons toujours ce juste mélange de titres primés dans les grands festivals et de nombreux objets cinématographiques non identifiés.

Lire la suite

Publicités

CEUX QUI TRAVAILLENT, un beau grand bateau

CEUX QUI TRAVAILLENT d’Antoine Russbach ⭐⭐⭐⭐

Ceux qui travaillent2.image

Frank, mi-cinquantaine, marié et père de cinq enfants, est avant tout un cadre qui ne compte pas ses heures de travail. Au sein d’une compagnie de transport maritime, il est précis, prévoyant, performant, impassible et il semble manquer d’empathie. Mais ça ne semble pas déranger ses employeurs, car son boulot est bien fait. Jusqu’au jour où Frank prendra une décision dans l’urgence, initiative qui aura des répercussions sur son emploi, sa famille et surtout sur lui. D’une redoutable efficacité, CEUX QUI TRAVAILLENT est le premier long métrage du cinéaste d’origine suisse Antoine Russbach, un portrait juste de notre époque sans pitié, où une violence latente rode autant dans les corridors d’une grande société que sur le quai d’un immense cargo.

Lire la suite

FONDATIONS, le discours de la forge

FONDATIONS d’Olivier D. Asselin ⭐⭐⭐1/2

fondations

Tout naît du feu, de la planète sur laquelle nous habitons, aux sinueux chemins qui ont menés l’humain de l’âge de pierre à l’ère industrielle. Et ce feu sacré, certains le portent en eux, au plus profond de leur être, comme une raison de vivre, une source de combustion interne qui les rend capable de traverser de multiples épreuves sans jamais altérer leur vision, leur travail, leur vocation. Tel semble être le destin de Mathieu Collette, noble et puissant forgeron, porte étendard d’un métier qui ne veut pas mourir. Il est le protagoniste, que dis-je, le souffle et la force de FONDATIONS, nouveau documentaire d’Olivier D. Asselin, au titre évocateur d’un passé profondément ancré dans un précieux savoir-faire qu’il ne faut pas perdre, peu importe le coût.

Lire la suite

THE DEATH AND LIFE OF JOHN F. DONOVAN, se perdre dans la traduction

THE DEATH AND LIFE OF JOHN F. DONOVAN de Xavier Dolan ⭐⭐1/2

donovant kit1

 

Au départ, il y a eu son souvenir, celui dans lequel le très jeune Xavier Dolan a écrit une lettre à son idole Leonardo Di Caprio, vedette de son film fétiche TITANIC. Ensuite, ce fantasme, « et s’il m’avait répondu… », un projet de long métrage qui a habité longtemps le cinéaste de J’AI TUÉ MA MÈRE. Puis, il en a parlé beaucoup (trop) dans les médias, avant même que le financement soit complété, ce John F. Donovan intriguait déjà la presse internationale. Vint la rencontre entre Dolan et Jessica Chastain au Festival de Cannes, premier nom au casting en 2014, suivi de celui de Kit Harington, au sommet de sa popularité grâce à la série GAME OF THRONES, et ceux de Susan Sarandon, de Kathy Bathes et éventuellement de Natalie Portman et quelques autres. En 2016, après un long tournage en Amérique du Nord et en Europe de l’Est, avec un mirobolant budget de plus de 35 millions de dollars, les premiers échos d’un montage ardu, le refus de nombreux festivals, le remontage qui s’étire, une version de 4 heures que nous ne verrons peut-être jamais, l’année 2017 se termine et plus rien ne semble fonctionner. Finalement, c’est le TIFF qui présentera en première mondiale le 1er long métrage anglophone du jeune prodige québécois. Les premières critiques tombent, elles sont assassines, c’est la catastrophe. Cela prendra des mois avant que nous pouvions le voir au Québec, bien après nos cousins français. Et enfin, ce vendredi 23 août, THE DEATH AND LIFE OF JOHN F. DONOVAN ne pourra plus se cacher, révélé aux yeux de tous les curieux et curieuses de cette odyssée cinématographique.

Lire la suite

L’HEURE DE LA SORTIE, film intelligent

L’HEURE DE LA SORTIE de Sébastien Marnier ⭐⭐⭐⭐

sortie

Le film débute sur un plan fixe du soleil, que l’on sent lourd, puissant dans sa lumière qui brûle le regard, appuyé par un son strident, qui intensifie ce sentiment de malaise. La séquence suivante, nous sommes dans une classe où un professeur ouvre précipitamment les fenêtres, comme pour remonter à la surface, retrouver un peu d’air, un ultime souffle, fixant la sueur qui perle sur les nuques de ses élèves, il avance une chaise sur le bord de l’ouverture, il y monte et en sans hésitation il se lance dans le vide. Le ton est donné, bienvenue dans L’HEURE DE LA SORTIE, le nouveau thriller du cinéaste Sébastien Marnier.

Lire la suite

ONCE UPON A TIME… IN HOLLYWOOD, rembobinage

ONCE UPON A TIME… IN HOLLYWOOD de Quentin Tarantino ⭐⭐⭐1/2

upon

Dire que Quentin Tarantino est nostalgique est désormais un euphémisme. Nous le savons bien, le cinéaste du classique PULP FICTION se nourrit d’une certaine tradition du cinéma américain, européen et asiatique, pour mieux s’en inspirer et nous offrir à son tour, ses plats du jour aux couleurs éclatantes qui allument le regard, aux arômes qui évoquent des souvenirs plus ou moins précis, et aux goûts familiers auxquels il ajoute ses épices bien distinctes. Tarantino n’a vraiment rien inventé sinon son propre univers cohérent, mais le réalisateur perpétue un savoir-faire digne des grands maîtres du 7e art qui œuvraient bien avant lui, un peu comme le font si bien aussi Christopher Nolan et Paul Thomas Anderson, chacun avec leur signature identifiable dès les premières minutes de leurs films, films qui à leur sortie sont des événements en soi.

Lire la suite

LES FAUVES, la belle bête

LES FAUVES de Vincent Mariette ⭐⭐⭐1/2

fauves2

L’enfance est vraiment une période fascinante, celle qui façonne l’adulte que nous devenons, imprégnant dans notre conscience et notre inconscient, des souvenirs lucides altérés par l’usure du temps, et des échos lointains de peurs qui nous suivront, dans nos rêves, et parfois même dans des moments pleinement éveillés. LES FAUVES de Vincent Mariette est de ceux-là, le cinéaste-scénariste ayant construit son récit sur quelques traces dans sa mémoire, de nuits dans un camping dans la région qu’habitaient ses grands-parents, en Dordogne.

Lire la suite