TADOUSSAC, pouvoir intime

Couronné de nombreux prix dans sa tournée des festivals, TADOUSSAC, le 4e long métrage du cinéaste Martin Laroche arrive enfin sur nos écrans.

Finement écrit, réalisation efficace, montage exemplaire, ce drame intime nous plonge dès les deux premières minutes dans la bulle de Chloé, qui fuit Montréal pour se réfugier dans l’auberge de jeunesse de Tadoussac. Qu’est-ce qui la pousse sur la Côte Nord?

Laroche offre des rôles en or à Camille Mongeau (prix d’interprétation féminine au Festival du film francophone de Namur) et à Isabelle Blais.

Ma critique à LA MATINALE de CIBL 101.5 FM.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s