Les rendez-vous de Leos Carax

holy-motors-01

Comment choisir le meilleur film français du nouveau siècle? Exercice périlleux pour un critique lorsque tant de créateurs nous donnent des rendez-vous dans l’obscurité, nous présentant leur histoire, leurs nombreux personnages, leur vision d’un monde qui plus que jamais hésite entre le réel et la fiction, fiction souvent dépassée par les événements du quotidien. Car depuis le début du 21e siècle, la réalité semble vouloir tuer l’imaginaire, la restreindre à des idées qui nous empêchent de rêver, qui permettent seulement de nous évader le temps d’une vue et d’en ressortir trop souvent déçu par ce manque flagrant de créativité, d’idées nouvelles. En 2012, un réalisateur plus que tout autre a compris que le cinéma demeure avant tout le plus beau des songes éveillés. Et le sien, HOLY MOTORS, nous a à la fois éblouis, bouleversés et choqués. Merci de ce bel objet cinématographique Leos Carax.

Lire la suite

Publicités

PARIS PIEDS NUS, retour aux origines

Le duo canado-belge Abel & Gordon est de retour avec PARIS PIEDS NUS, poursuivant l’expansion de leur univers burlesque. Film muet avec paroles, ils rendent encore hommage au cinéma des premiers temps.

C’est aussi le dernier salut de la grande Emmanuelle Riva, qui s’amuse follement pour une dernière présence à l’écran. Voici ma critique à LA MATINALE de CIBL 101.5 FM.

Mes 50 meilleurs films français du 21e siècle

25films

Il y a quelques jours, les critiques Eric Kohn & David Ehrlich d’IndieWire se sont amusés à lister les 25 meilleurs longs métrages français depuis le début des années 2000. Comme toujours, ce type d’exercice est périlleux, car plusieurs titres seront sacrifiés ou carrément oubliés. En plus, au Québec il demeure impossible de bien couvrir tous les films qui prennent l’affiche dans l’Hexagone, car la distribution est beaucoup plus restreinte.

Voici donc mes 50 films préférés produits en France depuis le 1er janvier 2000.

Lire la suite

Les états nordiques, explorer le territoire

458358508_1280x720

Revenir aujourd’hui sur les traces du premier long métrage du prolifique réalisateur Denis Côté, LES ÉTATS NORDIQUES, c’est trouver des nouvelles pistes de lecture qui nous échappaient alors. C’est que le cinéaste a défriché tellement de territoire dans son imaginaire depuis 2005, qu’il est désormais possible de comprendre davantage son point d’origine.

Il est fascinant de revisiter ce film artisanal construit surtout avec une volonté de faire du cinéma. Ce n’est sûrement pas un hasard que le tout commence avec une suite de plans dans lesquels nous voyons les réactions de spectateurs (réactions provoquées avec lesquelles il s’amuse encore maintenant). Si nous pensons au début qu’ils sont face à un écran de cinéma à cause de la réflexion d’une lumière diffuse sur leur visage, l’ampleur de leur enthousiasme collectif les trahit, et la scène de lutte qui apparaît vient confirmer nos doutes. Cet hommage instinctif au film LA LUTTE, œuvre phare du cinéma direct, propulse ce récit qui fera la part belle au documentaire.

Lire la suite