TADOUSSAC, pouvoir intime

Couronné de nombreux prix dans sa tournée des festivals, TADOUSSAC, le 4e long métrage du cinéaste Martin Laroche arrive enfin sur nos écrans.

Finement écrit, réalisation efficace, montage exemplaire, ce drame intime nous plonge dès les deux premières minutes dans la bulle de Chloé, qui fuit Montréal pour se réfugier dans l’auberge de jeunesse de Tadoussac. Qu’est-ce qui la pousse sur la Côte Nord?

Laroche offre des rôles en or à Camille Mongeau (prix d’interprétation féminine au Festival du film francophone de Namur) et à Isabelle Blais.

Ma critique à LA MATINALE de CIBL 101.5 FM.

AVA, le cinéma ne rend pas aveugle

Présenté au 46e Festival du Nouveau Cinéma, AVA de Léa Mysius est un magnifique premier film, fait avec fougue et intelligence.

Le nom de la jeune actrice Noée Abita, l’interprète d’Ava, s’est propagé rapidement dans le milieu du cinéma, Philippe Lesage lui ayant offert le rôle de Charlotte dans son 3e long métrage de fiction GÉNÈSE. Facile à comprendre, car elle lève bien haut ce film qu’elle porte sur ses épaules.

Voici ma critique d’AVA à LA MATINALE de CIBL 101.5 FM.

La rentrée internationale

L’automne arrive très bientôt avec son lot annuel de films de qualité, tous sur les blocs de départ pour la saison des statuettes dorées, qui débute en fin d’année.

Pour cette nouvelle chronique radio enregistrée le jeudi entre 8h30 et 9h30 à LA MATINALE de CIBL 101.5 FM, 4 incontournables qui prendront l’affiche dans les prochaines semaines, du très attendu BLADE RUNNER 2049 de Denis Villeneuve à l’élégant et mystérieux BARBARA de Mathieu Amalric.

LE PROBLÈME D’INFILTRATION, redoutable proposition

Comme critique, suivre Robert Morin est un réel bonheur car il nous arrive toujours avec des propositions cinématographiques différentes d’un film à l’autre. LE PROBLÈME D’INFILTRATION ne fait pas exception.

Pour son nouveau long métrage, Morin offre un personnage complexe et tordu à Christian Bégin. Le comédien semble s’amuser à explorer ses zones obscures. Voici ma critique radio à LA MATINALE de CIBL 101.5 FM.

WIND RIVER, écrire et réaliser, deux métiers

Si vous me demandez deux récents scénarios de films américains qui m’ont marqué, je vous répondrai sans hésitation ceux de SICARIO, réalisé par Denis Villeneuve, et HELL OR HIGH WATER, que David Mackenzie a porté à l’écran. Ces deux histoires proviennent du même auteur, le doué Taylor Sheridan.

Sheridan revient pour une deuxième fois dans le fauteuil de réalisateur avec WIND RIVER. Est-ce que ce long métrage qu’il a aussi scénarisé est à la hauteur de ses précédents? Pour le savoir, voici ma critique à LA MATINALE sur les ondes de CIBL 101.5 FM.

PARIS PIEDS NUS, retour aux origines

Le duo canado-belge Abel & Gordon est de retour avec PARIS PIEDS NUS, poursuivant l’expansion de leur univers burlesque. Film muet avec paroles, ils rendent encore hommage au cinéma des premiers temps.

C’est aussi le dernier salut de la grande Emmanuelle Riva, qui s’amuse follement pour une dernière présence à l’écran. Voici ma critique à LA MATINALE de CIBL 101.5 FM.

LES NUITS BLANCHES DU FACTEUR, bons baisers de Russie

Si vous voulez être dépaysé, fait de plus en plus difficile au cinéma, LES NUITS BLANCHES DU FACTEUR d’Andreï Kontchalovski est le film pour vous. Le grand cinéaste russe revient dans sa terre natale pour nous offrir une fiction très proche du réel, loin de tous les clichés de ses productions américaines. Voici ma critique sur les ondes de CIBL 101.5 FM.

LA SOCIOLOGUE ET L’OURSON, oui je le veux

Comment faire un documentaire sur un sujet délicat (dans ce cas-ci, le mariage pour tous en France) avec créativité? LA SOCIOLOGUE ET L’OURSON d’Étienne Chaillou & Mathias Thery est un exemple probant de ces films aux budgets restreints qui accomplissent beaucoup avec peu. Voici ma critique à LA MATINALE de CIBL 101.5 FM.

TUKTUQ, territoire dramatique

Plus de 6 ans après l’intense À L’ORIGINE D’UN CRI, 2017 annonce le grand retour de Robin Aubert derrière la caméra. En attendant les zombies de son film LES AFFAMÉS, qui feront leur apparition quelque part à l’automne, voici TUKTUQ, 2e volet de la PENTALOGIE DES CONTINENTS débutée en 2009 avec À QUELLE HEURE LE TRAIN POUR NULLE PART.

COMBAT AU BOUT DE LA NUIT, tendre la caméra

Il n’y a pas une minute de trop parmi les 285 qui composent COMBAT AU BOUT DE LA NUIT, le documentaire fleuve du cinéaste québécois Sylvain L’Espérance. À hauteur d’hommes et de femmes, L’Espérance prouve que le cinéma direct à encore sa pertinence, surtout pour des situations aussi mouvantes que les dernières années en Grèce. Voici ma critique, le poing levé, de cette oeuvre résiliente à LA MATINALE sur les ondes de CIBL 101.5 FM.