25e Cinémania, 5 films à ne pas manquer!

une jeune fille en feu2

Déjà le 25e anniversaire pour ce festival de films francophones sous-titrés en anglais, festival qui a bien grandi depuis ses débuts. Encore une fois, l’offre est alléchante pour tous ceux et celles qui raffolent de films français, belges, suisses, québécois et 13 autres pays où on s’exprime dans la langue de Molière et de Tremblay.

Les festivités débutent avec le très attendu PORTRAIT D’UNE JEUNE FILLE EN FEU de Céline Sciamma, prix du scénario au plus récent festival de Cannes. Après LA NAISSANCE DES PIEUVRES, TOMBOY et BANDE DE FILLES, la cinéaste, qui a aussi scénarisé le très touchant MA VIE DE COURGETTE, nous plonge au 18e siècle dans cet intrigant duel entre l’artiste et son insaisissable sujet, personnages campés respectivement par Noémie Merlant et Adèle Haenel. Je vous en reparlerai à la mi-parcours du festival.

Voici 5 autres longs métrages qu’il ne faudra surtout pas manquer:

UNE INTIME CONVICTION d’Antoine Raimbault ⭐⭐⭐1/2

une intime conviction

Librement inspiré de l’Affaire Suzanne Viguier, UNE INTIME CONVICTION nous embarque dans ce fascinant procès sans motif, sans cadavre, sans témoin. Malgré la création de toutes pièces du personnage de Nora (intense Marina Foïs), les habiles rouages du scénario et la réalisation efficace d’Antoine Raimbault ne nous laissent jamais tomber. Un premier film maîtrisé qui nous montre une autre couleur dans l’impressionnante palette d’Olivier Gourmet, qui malgré qu’il ne ressemble pas trop au célèbre avocat Éric Dupond-Moretti, l’incarne avec brio. Intéressant de savoir, le vrai Dupond-Moretti avait tourné dans l’un des quatre courts métrages de Raimbault, VOS VIOLENCES sorti en 2014.

 

LES MISÉRABLES de Ladj Ly ⭐⭐⭐⭐

les misérables

Attachez votre ceinture sur votre banc de cinéma, le puissant LES MISÉRABLES vous prend rapidement à la gorge et vous laisse respirer uniquement lorsque le générique apparaît. Véritable décharge cinématographique et fier représentant de la France dans la course à l’Oscar pour le meilleur film international, LES MISÉRABLES se déroule dans Montfermeil que décrivait si bien Victor Hugo dans son célèbre roman du même titre. Mais ici, c’est la violence crue et sans fard de cette banlieue parisienne que Ladj Ly nous lance en plein visage, en suivant trois policiers qui tourbillonnent dans les dédales de cette cité. Un tour de force de mise en scène qui méritait amplement, voire plus, le prix du jury au Festival de Cannes en mai dernier. Et en transformant l’un de ses courts métrages en long, le cinéaste Ladj Ly est à suivre de très près. Définitivement le film coup-de-poing de cette 25 édition.

 

CHAMBRE 212 de Christophe Honoré

chambre 212

Sûrement l’un des plus fascinants cinéastes français, qui sait toujours nous surprendre d’un film à l’autre (du tendre PLAIRE, AIMER ET COURIR VITE à ses quelques comédies musicales comme LES BIENS-AIMÉS et LES CHANSONS D’AMOUR), Christophe Honoré nous arrive avec une proposition fantasque qui semble très réjouissante. Benjamin Biolay et Vincent Lacoste jouent le même Richard, à deux âges différents, mari de la Maria de Chiara Mastroianni, qui forme un couple en plein questionnement. Les fantômes des anciens amants de Maria viendront la visiter dans la chambre d’hôtel en face de sa demeure. Comment résister à cette proposition.

 

SYMPATHIE POUR LE DIABLE de Guillaume de Fontenay

sympathie

La carrière du comédien québécois Niels Schneider explose littéralement depuis les 2 dernières années. La preuve étant qu’il sera à l’affiche de quatre films présentés en primeur durant cette édition: CURIOSA de Lou Jeunet, REVENIR de Jessica Palut, SYBIL de Justine Triet et dans SYMPATHIE POUR LE DIABLE, premier long métrage du cinéaste montréalais Guillaume de Fontenay. Aidé de l’écrivain québécois Guillaume Vigneault au scénario, de Fontenay relate les deux années (1992-1993) que le journaliste Paul Marchand a passé à couvrir le Siège de Sarajevo. Et c’est Schneider qui incarne le reporter de guerre.

 

ROUBAIX, UNE LUMIÈRE d’Arnaud Desplechin

roubaix

Comme je l’écrivais l’an dernier, je perçois Arnaud Desplechin comme le jazzman du cinéma français. Son plus récent film ROUBAIX, UNE LUMIÈRE intrigue, sachant que le cinéaste originaire de cette ville se met en danger, explorant pour la première fois le cinéma de genre, dans ce cas précis le polar. Avec en tête d’affiche, le toujours juste Roschdy Zem, et aussi le duo Léa Seydoux et Sara Forestier, sans artifice et criantes de vérité. Une autre belle prise de la Croisette pour Cinémania, où ce drame était en compétition officielle.

 

Pour découvrir la programmation complète de ce nouveau Cinémania. Bon festival et vive le cinéma francophone!

une jeune fille en feu

Une réflexion sur “25e Cinémania, 5 films à ne pas manquer!

  1. Pingback: 25e Cinémania, mi-parcours – LES YEUX GRANDS OUVERTS

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s