UN HOMME QUI CRIE, lumière silencieuse

homme_04

Adam, ancien champion de natation d’Afrique centrale, est maître-nageur dans  hôtel de luxe de la capitale tchadienne, Ndjamena. Cette piscine « c’est toute ma vie » dira-t-il et aussi sa fierté, là où tout le monde le surnomme « Champion ». Mais la guerre contre les rebelles est à leurs portes et la crise économique s’invite aussi dans cette histoire où, jusque-là, tout baigne. Mahamat Saleh Haroun poursuit son exploration sans compromis de son pays dans UN HOMME QUI CRIE.

Titre emprunté à l’œuvre poétique CAHIER D’UN RETOUR AU PAYS NATAL du martiniquais Aimé Césaire, Mahamat Saleh Haroun s’en inspire pour raconter la dissolution lente d’un homme droit et exemplaire. Magnifiquement campé par Youssouf Djaoro (déjà présent dans le précédent DARATT du réalisateur tchadien), son personnage d’Adam affrontera l’adversité sans baisser les bras, mais surtout sans jamais baisser la tête. Car son honneur, c’est tout ce qui lui reste.

Lire la suite

Les projections éphémères

muchloved

Demain soir 19h30 au Centre Phi, il ne faudra surtout pas manquer la projection unique du film franco-marocain MUCH LOVED de Nabil Ayouch. Présenté durant la dernière édition du Festival du Nouveau Cinéma, ce drame de mœurs est toujours interdit de diffusion au Maroc et il y a même un procès qui s’est ouvert hier pour un «outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine». Le même jour, à Paris, la comédienne Loubna Abidar a reçu une nomination historique comme meilleure actrice pour la 41e cérémonie des César. C’est pour dire à quel point ce regard lucide sur 4 jeunes prostituées marocaines polarisent les opinions. Mais avant tout chose, MUCH LOVED demeure un excellent film.

Lire la suite