LA FEMME DE MON FRÈRE, filiation

LA FEMME DE MON FRÈRE de Monia Chokri ⭐⭐⭐

frère1

Auréolé du prix Coup de cœur de la section Un Certain Regard au plus récent Festival de Cannes,  LA FEMME DE MON FRÈRE,  premier long métrage de Monia Chokri, arrive rapidement sur nos écrans après son acclamation sur la Croisette.

Belle idée que de profiter de cet élan, surtout pour mettre un peu de couleurs dans ce printemps si gris. Ce film propose une thématique peut souvent explorée dans notre cinématographie, soit la relation entre une sœur et son frère, sujet pourtant riche narrativement. Il y a bien eu récemment le tumultueux EMBRASSE-MOI COMME TU M’AIMES d’André Forcier, ou dans la dernière décennie INCENDIES de Denis Villeneuve et EN TERRAINS CONNUS de Stéphane Lafleur (malgré que chez ces deux derniers titres, le lien de filiation n’était pas nécessairement le centre d’intérêt), il faut reconnaître que c’est davantage dans un contexte familial que sont représentés ces liens fraternels dans le cinéma québécois (LÉOLO de Jean-Claude Lauzon et LES PLOUFFE de Gilles Carle en sont d’excellents exemples).

Lire la suite

Publicités

46e FNC, mi-parcours

Les yeux un peu noircis, le bas du dos plus sensible, mais toujours le même goût de la découverte devant la manne de cette nouvelle édition du Festival du Nouveau Cinéma.

À la mi-parcours, voici mes cotes pour l’ensemble des 26 films que j’ai vus:

LES AFFAMÉS de Robin Aubert, ⭐⭐⭐⭐

lesaffames-og-image

Lire la suite

LO AND BEHOLD, Herzog et les internets

Lo-and-Behold (1)

C’est le 29 octobre 1969 dans la pièce 3420 de l’Institut de recherche de l’Université Stanford que la toute première connexion entre deux ordinateurs a eu lieu. Prémisse de ce qui deviendra quelques années plus tard notre internet et aussi du fascinant documentaire de Werner Herzog, LO AND BEHOLD – REVERIES OF THE CONNECTED WORLD.

En 10 chapitres, cet essai cinématographique du vétéran cinéaste allemand ratisse large et dans toutes les directions, à l’image de son sujet. S’il est impossible de traiter de tous les aspects d’internet en moins de deux heures, il faut dire que le réalisateur de GRIZZLY MAN montre tout son savoir-faire en gardant son principal objectif, démontrer notre grande vulnérabilité face à cet invention souvent hors de contrôle qui, paradoxalement, contrôle de plus en plus nos vies.

Lire la suite