PRANK, décomplexer notre regard

Pas facile de confectionner une comédie intelligente, surtout au Québec. Mission accomplie pour la belle gang de PRANK, dirigée par le cinéaste Vincent Biron. Fort de sa présence à la MOSTRA de Venise, le film arrive enfin sur nos écrans. Voici ma critique en ce matin d’automne sur les ondes de CIBL 101.5 FM.

Publicités

AMERICAN HONEY, portrait américain

Comment ne pas être excité à la sortie du nouveau film de la cinéaste britannique Andrea Arnold? D’une constance exemplaire dans la qualité de ses œuvres, la réalisatrice de RED ROAD nous revient avec AMERICAN HONEY, un road movie tourné sur les routes du Midwest des États-Unis.

Ai-je été charmé autant que ces précédents WUTHERING HEIGHTS et FISH TANK? Voici ma critique à LA MATINALE de CIBL 101.5 FM.

LE SALAIRE DE LA PEUR, mettre en scène le danger

salaire-de-la-peur-1953-10-g

Au début du long métrage Le salaire de la peur d’Henri-Georges Clouzot, il y a la vie. À Las Piedras, ville fictive d’Amérique latine, le réalisateur français nous montre comment la population et les migrants allemands, américains et français cohabitent dans ce no man’s land où règnent la chaleur et un chaos contrôlé. Ensuite, il y a la mort, celle que transportent deux duos d’hommes dans leur camion plein de galons de nitroglycérine. Le tout nous donne un long métrage haletant d’un cinéaste au sommet de son art, capable de mettre en scène le danger en le domptant habilement.

Sorti en salles en 1953, Le salaire de la peur remportait alors l’Ours d’or au Festival de Berlin et la Palme d’or du Festival de Cannes (plus précisément le Grand prix du Festival international du film 1953, car la première Palme d’or fut décernée en 1955). Exploit exceptionnel désormais impossible, dû à l’exclusivité de chaque festival, Henri-Georges Clouzot s’attaquait à un grand succès en adaptant le roman du même titre de Georges Arnaud.

Lire la suite