2020 – MES 30 MEILLEURS FILMS

Un plan pour résumé cette année « maudite » tiré du film THE ASSISTANT de Kitty Green, avec la comédienne Julia Garner.

Bye bye 2020! Nous nous souviendrons longtemps de ce nouveau début de décennie, bien sûr pour les multiples victimes de cette pandémie mondiale (on ne lâche pas, il y a de l’espoir pour 2021), mais d’un point de vue cinématographique c’est surtout la fermeture complète des salles pendant plus de la moitié de l’année qui nous aura déstabilisés. La majorité des gens auront battu leur record personnel de visionnement de films, mais pas dans un cinéma. Plutôt confortablement installé à la maison, sur une des multiples plateformes numériques, grandes salvatrices de notre santé mentale.

Mais venons-nous de franchir le point de non-retour? Un peu comme le télétravail versus les tours à bureaux, est-ce que les spectateurs retourneront en grand nombre dans l’obscurité pour partager le même air et les mêmes émotions que leurs voisins issus d’une autre bulle familiale que la leur? Jamais nous n’aurions pu penser de tels propos en janvier dernier, même si nous étions déjà au courant qu’un virus risquait de se propager hors des frontières de la Chine.

Lire la suite

THE LAST BLACK MAN IN SAN FRANCISCO, témoin d’une crise

THE LAST BLACK MAN IN SAN FRANCISCO de Joe Talbot ⭐⭐⭐⭐1/2

lastblack3

Il y a des films qui sont en parfaite symbiose avec l’époque qu’ils illustrent. Que l’on pense à la fin dépressive des années 90 dans FIGHT CLUB de David Fincher, les grands bouleversements des années 70 dans DOG DAY AFTERNOON de Sidney Lumet, ou plus proche de nous, le confort et l’indifférence des années 80 dans LE DÉCLIN DE L’EMPIRE AMÉRICAIN de Denys Arcand. Il faudra désormais ajouter THE LAST BLACK MAN IN SAN FRANCISCO de Joe Talbot pour tenter de comprendre la situation de la communauté afro-américaine de la fin des années 2010.

Lire la suite

Fantasia 2019, un avant-goût

fantasia

Jour 1 du plus libre de tous les festivals de films montréalais, Fantasia continue d’attirer les foules, d’élargir sa palette de couleurs et de nous offrir des pépites qu’il nous serait impossible de découvrir autrement. Aussi bien dire qu’il est devenu indispensable dans le paysage culturel québécois.

Voici quelques titres (en cliquant sur chacun, vous accédez à la fiche dans le catalogue du festival) que j’ai eu la chance de voir avant le début du festival, question de vous orienter (ou pas) vers certains films.

Lire la suite